programme

 

9-10.5.2020 la comète



parcours musique et arts plastiques 

Les 9 et 10 mai 2020, le festival propose au public de découvrir un parcours en musique et en arts plastiques à La Comète, le magnifique lieu d'exposition géré par le Centre d'Art Contemporain de l'Espace 251 Nord à Liège.

Le travail de la plasticienne Ann Veronica Janssens y entrera en relation dans une double rencontre avec des œuvres pour percussions de Karlheinz Stockhausen (Vibra Elufa, Mikrophonie I), Iannis Xenakis, Johannes Fischer et Robert HP Platz.

Le parcours se termine par l'écoute de l'œuvre électronique monumentale Freitag-Abschied issue de la partie de Vendredi de l'opéra Lumière de Karlheinz Stockhausen.

Le samedi 9 mai le parcours débute à 16h00, le dimanche 10 mai à 14h00.

Une collaboration avec l'Espace 251 Nord et le Conservatoire Royal de Liège, l'éntrée est libre.

samedi 9.5.2020 - 16h00
dimanche 10.5.2020 - 14H00


Liège, La Comète


Entrée libre

Étudiants de la classe de percussion du Conservatoire Royal de Liège (Professeurs : Tom De Cock et Gerrit Nulens)
Centre Henri Pousseur, électronique

Ann Veronica Janssens
, La Comète 2012-2020

Iannis Xenakis, Psappha pour percussion solo (1975)
Karlheinz Stockhausen, Mikrophonie I pour tam-tam et six interprètes (1964-1965)


samedi 9.5.2020 - 17h30
dimanche 10.5.2020 - 15h30


Liège, La Comète


Entrée libre

Étudiants de la classe de percussion du Conservatoire Royal de Liège (Professeurs : Tom De Cock et Gerrit Nulens)
Centre Henri Pousseur, électronique

Ann Veronica Janssens
, La Comète 2012-2020

Robert HP Platz, Branenwelten 5 pour percussion et électronique (2012, 2016) */***
Karlheinz Stockhausen, Vibra-Elufa pour vibraphone (2003)
Johannes Fischer, What is any ocean but a collection of drops pour 4 percussionnistes et électronique (2016) *


samedi 9.5.2020 - 19h00
dimanche 10.5.2020 - 17h00


Liège, La Comète


Entrée libre

Karlheinz Stockhausen, de l'opéra Licht : Freitag-Abschied (musique électronique) (1992 -1994)




* création belge  *** œuvre développée aux studios du Centre Henri Pousseur